Warning: array_shift() [function.array-shift]: The argument should be an array in /web/htdocs/www.ifeitalia.eu/home/config/ecran_securite.php on line 283
1.Questionario europeo sulla laicità ed i diritti delle donne - [IFE Italia]
IFE Italia

1.Questionario europeo sulla laicità ed i diritti delle donne

Il testo del questionario e le proposte di Ife presentate alla Conferenza internazionale sulla laicità (Roma - giugno 2008)
lunedì 2 agosto 2010

Ce questionnaire est destiné à établir un panorama des conceptions et des pratiques de la laïcité dans tous les pays européens sous l’angle des droits des femmes. Le but est de comprendre l’articulation des relations entre la religion/les religions, l’Etat, la société et les individus et ses conséquences sur la situation des femmes dans les différents pays.

Questionnaire européen sur la laïcité et les droits des femmes

Ce questionnaire est destiné à établir un panorama des conceptions et des pratiques de la laïcité dans tous les pays européens sous l’angle des droits des femmes. Le but est de comprendre l’articulation des relations entre la religion/les religions, l’Etat, la société et les individus et ses conséquences sur la situation des femmes dans les différents pays.

L’Initiative Féministe Européenne sollicite aujourd’hui ses correspondantes pour répondre à ce questionnaire afin d’obtenir moins une réponse complète et étayée par pays. Nous espérons rassembler au minimum les réponses de deux tiers des pays européens, avec une représentation des 5 zones linguistiques (Europe anglo-saxonne, germanophone, latine, nordique, est-européenne).

Les réponses contribueront à élaborer un projet féministe de conception européenne de la laïcité. Un groupe de trois personnes du réseau IFE sera chargé dé’ rédiger un projet qui sera soumis au séminaire « démocratie, femmes , Europe et laïcité » que l’IFE propose d’organiser au Forum Social Européen à Athènes en mai 2006.

Notre action visera ensuite à assurer la promotion de notre conception de la laïcité par le biais d’une loi, d’une directive ou de tout autre instrument politique à l’échelle de l’Union Européenne.

Nous vous demandons donc de décrire aussi précisément que possible, la façon dont les relations religion/Etat/société sont organisées dans leur pays et aussi de nous faire part des améliorations et changements selon vous souhaitables .

1.La religion et l’école La religion est-elle enseignée dans les écoles publiques ? Si oui, est-ce dans le cursus général ? avec un statut particulier ? Enseigne –t-on seulement une religion majoritaire (préciser) ou existe-t-il aussi des cours de religions minoritaires ?Qui prend cet enseignement en charge, l’Etat ou les structures religieuses ? Quel est le statut des enseignants de religion dans l’école par rapport aux autres enseignants ? Quel est le contenu de cet enseignement concernant les femmes (rôles sociaux droits à l’avortement, à la contraception ,au libre choix de sa sexualité ?) Cet enseignement est-il sexiste ? Souhaitez-vous que les cours de religion sortent de l’école .Si non, souhaitez vous une évolution de cet enseignement ?(préciser) Indépendamment de l’enseignement religieux , est-ce que l’histoire des religions, notamment des monothéismes européens est enseigné dans les écoles publiques ? Est-ce que l’Etat contrôle l’enseignement de la religion dans les écoles privées et comment ?

2. Le mariage, l’Etat et les structures religieuses. Le mariage civil existe-t-il dans votre pays et si oui, quelle est son approximativement son importance ? (en pourcentage) Existe-t-il des mariages religieux acceptés par l’Etat comme remplaçant le mariage civil ? Si oui, quel est la type d’accord entre les structures religieuses et l’Etat qui permet cet arrangement ? Ce type de mariage a-t-il une influence selon vous, sur la vie des femmes ? (préciser) Le mariage religieux a-t-il une influence sur le nombre de divorces ? Quelle est la position des célibataires et des divorcéEs dans la société ? Quelles principales évolutions estimez vous souhaitables dans les lois sur le mariage, civil et religieux ?

3.Les relations entre les structures religieuses et l’Etat Comment sont gérées les relations entre l’Etat et la ou les structures religieuses dominantes (loi, concordat, autre accord…) Les structures religieuses et l’Etat sont-ils entièrement autonomes ou sont-ils en dépendance, co-dépendance ou collaboration dans certains domaines ? (préciser) Comment les structures religieuses se financent-elles ? L’Etat contrôle-t-il les actions des structures religieuses (notamment quelles sont les relations entre le droit civil et le droit de l’Eglise Catholique). Comment sont gérés et financés les lieux de cultes, y compris les monuments d’art sacré ? Comment est financée la sécurité sociale des religieux ? Les structures religieuses sont –elles investies dans la vie politique et quelle est leur façon de la faire (création de partis, prêche dans les lieux de culte…)… Quelle forme de cohabitation entre l’Etat et les structures religieuses dans votre pays vous semble la plus favorable pour les droits des femmes dans votre pays ?

4.Pour mettre fin au sexisme dans les structures religieuses Les femmes peuvent-elles avoir accès aux fonctions et métiers dans les structures religieuses dans votre pays ? Si oui, font-elles usage de ce droit ? Que pensez-vous de la revendication que l’Union Européenne oblige les structures religieuses présentes et actives sur son territoire à respecter l’obligation d’accès égal aux fonctions et métiers des femmes et des hommes, y compris en ce qui concerne la prêtrise ?

Enfin, pourriez vous préciser les principaux axes à mettre en évidence pour promouvoir une laïcité européenne. Nous vous remercions par avance de votre collaboration.

03 2006 ife@efi-europa.org

PROPOSITIONS FEMINISTES pour une EUROPE LAIQUE

Les femmes sont plus que jamais menacées de faire les premières les frais d’une Europe cléricale et ultralibérale dont le système cimente sa domination politique, sociale et économique par la l’instrumentalisation du religieux dans la sphère aussi bien publique que privée. Plus que jamais, nous, les femmes européennes, nous devons nous rassembler pour dire STOP et nous faire ENTENDRE ! Les Eglises et les structures religieuses ainsi que les courants et organisations religieuses et politiques fondamentalistes lancent une offensive sans précédent contre les droits fondamentaux que les femmes ont conquis de haute lutte depuis 100 ans. Ces deux dernières années cette offensive a pris une ampleur considérable. Attaques contre l’IVG, campagnes massives de dénigrement des femmes dans les puissants relais médiatiques religieux, endoctrinement des jeunes dans l’enseignement religieux, complaisance affichée face aux crimes sexistes envers les femmes, attaques idéologiques et médiatiques contre le principe de laïcité… La laïcité pour l’Europe – voilà notre réponse politique au fondamentalisme et au cléricalisme et pour les droits des femmes. L’Initiative féministe Européenne a analysé l’influence réelle des structures et idéologies religieuses sur la vie des femmes européennes dans chaque pays au moyen d’un questionnaire qui a permis de définir les points communs de la laïcité européenne et les moyens pour la mettre en œuvre concrètement. La Conférence «Féministes pour une Europe laïque» du 31 mai et 1er juin 2008 à Rome a développé ces propositions que les participantes ont enrichi par leurs analyses et témoignages pour parvenir aux exigences suivantes :

·Les structures religieuses doivent être totalement séparées des structures de l’Etat et ne doivent disposer d’aucun moyen d’intervention dans la sphère politique. Elles doivent se financer seules en tant qu’associations de droit commun.

·Aucune religion, ni structure religieuse ne doit être soutenue par l’Etat ni considérée comme « religion d’Etat ». La liberté de religion et le respect des cultures ne peut être prétexte à la justification des violations des droits des femmes.

·Le droit civil et familial doit être exempt de toute référence au religieux. Aucun texte de loi dans aucun domaine ne peut être basé sur des principes religieux.

·Les Etats ne doivent pas reconnaître les codes de famille étrangers et les lois relatives au statut personnel reposant sur des principes religieux violant les droits des femmes, ils doivent cesser de les appliquer ou de les tolérer sur leur propre territoire et renégocier si nécessaire les traités bilatéraux.

·Le mariage civil et le divorce doivent être la norme en Europe et la discrimination sociale à l’encontre des célibataires et des homosexuel/les doit relever d’un loi anti discriminatoire .

·L’enseignement de l’idéologie religieuse doit cesser dans les écoles publiques. L’histoire des religions en revanche, doit être enseignée dans le cadre des cours d’histoire et être controlée par l’Etat.

·Le sexisme et l’infériorisation des femmes dans les idéologies religieuses, l’incitation à la haine et à la soumission des femmes, la propagande contre la contraception et l’avortement doivent être combattus activement , au même titre que le racisme et l’homophobie et tomber sous le coup de la loi. (proposition de loi antisexiste).

·Notre corps nous appartient! Nous exigeons que la contraception et l’avortement soient libres et gratuits dans toute l’Europe ! Toutes les lois d’inspiration religieuses criminalisant l’avortement doivent être immédiatement abolies. Le droit à la contraception, l’avortement et à une éducation sexuelle laïque doivent être garantis par l’Union Européenne comme droits fondamentaux.

·L’éducation antisexiste et l’éducation à l’égalité doivent être menées dès la petite enfance notamment dans les structures publiques.

·Les institutions religieuses internationales doivent être soumises au droit civil dans les pays où elles sont actives. Leur statut privilégié vis à vis des organes de l’Union Européenne et des institutions internationales doit être supprimé. (notamment au niveau de l’ONU, où le Vatican ne doit pas bénéficier du statut d’Etat mais de celui d’ONG avec un titre consultatif ).

·Les Eglises et religions devront se constituer en Associations Cultuelles et démocratiser leur fonctionnement par l’élection des pouvoirs par leurs membres. Le fonctionnement de ces structures doit respecter les droits fondamentaux des citoyennes et citoyens. Par conséquent les structures ne pourront pas interdire l’accès à aucun poste à aucune catégorie de la population et ne pourront pas propager d’idéologie sexiste, homophobe et raciste.

Nous proposons sur cette base politique commune l’organisation d’une grande campagne pour la laïcité en Europe déclinée en 4 étapes :

1.Elargissement du groupe de travail européen sur la laïcité. Ce groupe étudiera et finalisera les différentes remarques et amendements.

2.Campagne d’information sur nos propositions féministes pour une Europe laïque auprès des élus locaux, nationaux et européens, des associations notamment féministes et des partis politiques dans chaque pays européen.

3.Organisation d’une rencontre en faveur de la laïcité pour l’Europe en 2009 à Bruxelles dans la perspective des élections européennes.

4.L’inclusion de nos revendications dans les programmes pour les élections européennes.

ife@efi-europa.or Juin 2008

Traduzione: Proposte femministe per un’Europa laica

In questa Europa ultraliberale e clericale nella quale il sistema dominante afferma il proprio potere economico,sociale e politico anche grazie all’appoggio delle gerarchie religiose le donne vivono una condizione di forte precarietà . Nella sfera pubblica così come in quella privata. Per questo, oggi più che mai, noi, donne europee, dobbiamo unirci per dire STOP e per farci ascoltare! Le gerarchie religiose così come le correnti e le organizzazioni , politiche e religiose, di stampo fondamentalista hanno lanciato un’offensiva senza precedenti contro i diritti fondamentali delle donne, ottenuti grazie ad importanti lotte collettive. Negli ultimi due anni questa offensiva ha avuto un’ampiezza considerevole. Pensiamo agli attacchi alle leggi sull’interruzzione volontaria di gravidanza, alle massicce campagne pubblicitarie tese a denigrare ed offendere l’immagine femminile, all’indottrinamento dei giovani all’interno dell’insegnamento religioso, all’ostentata compiacenza nei confronti dei reati sessuali contro le donne, alla messa in discussione del principio di laicità. Per questo la nostra risposta politica al fondamentalismo ed al clericalismo è semplice e chiara : affermare i diritti delle donne in un’Europa laica! L’ IFE (Iniziativa Femminista Europea) ha analizzato l’influenza materiale delle strutture e delle ideologie religiose sulla vita delle donne , nei differenti paesi, attraverso un questionario che ha consentito di definire i significati condivisi di laicità in modo da metterli, concretamente in pratica.

La Conferenza “Femministe per un’Europa laica” , del 31 maggio e 1° giugno 2008 a Roma, ha sviluppato i contenuti emersi dal questionario arricchendoli con le analisi e le testimonianze delle partecipanti. Queste le esigenze condivise:

  • Va garantita la separazione fra lo Stato e le strutture religiose che non devono assolutamente intervenire nella sfera politica . Tali strutture devono essere finanziate nello stesso modo con cui ricevono finanziamenti le associazioni di varia natura;
  • Nessuna religione dovrà essere considerata “relione di Stato” né dovranno essere previsti finanziamenti statali per il sostegno di strutture religiose.
  • La libertà religiosa e il rispetto delle differenti culture non possono in nessun modo essere usate come pretesto per giustificare violazioni dei diritti delle donne;
  • i diritti civili e i codici di famiglia non dovranno condizionati da qualsiasi riferimento religioso. Nessuna legge dello Stato , in nessun luogo potrà fondarsi su principi religiosi;
  • gli Stati non devono riconoscere i codici di famiglia di Stati esteri e le leggi relative allo status di persona fondati su principi religiosi e/o ideologici che violano i diritti delle donne;
  • l’applicazione di tali codici e leggi non può essere permessa né tollerata sul territorio dei differenti paesi che potranno rinegoziare, se necessario, i trattati bilaterali nei confronti di quei paesi in cui siano in vigore norme offensive dei diritti delle donne;
  • il matrimonio civile e il divorzio devono essere considerati come la norma, in tutta Europa, mentre deve essere garantita una legge antidiscriminatoria nei confronti delle cosiddette “coppie di fatto”, sia esse etero, lesbiche od omosessuali;
  • nelle scuole pubbliche non dovrà essere previsto l’insegnamento religioso. Al contrario la storia delle religioni dovrà essere inserito nel corso di storia e sotto il controllo dello Stato;
  • vanno fortemente contrastati : il sessismo e l’inferiorizzazione delle donne, l’incitamento all’odio ed alla sottomissione femminile, la propaganda contro la contraccezzione e l’aborto. Allo stesso modo vanno ostacolati il razzismo e l’omofobia anche attraverso leggi che puniscano atteggiamenti antisessisti;
  • devono essere garantiti i diritti alla contraccezione ed all’interruzione volontaria di gravidanza in tutta Europa. Tutte le leggi di ispirazione religiosa che criminalizzano le pratiche abortive devono essere immediatamente abolite. Il diritto alla contraccezzione, all’interruzzione volontaria di gravidanza e ad una educazione sessuale laica devono essere garantite dall’Unione Europea in quanto diritti fondamentali;
  • l’educazione antisessista e quella all’eguaglianza devono far parte dell’insegnamento pubblico, in ogni scuola di ogni ordine e grado a partire dall’asilo nido e dalla scuola per l’infanzia;
  • le istituzioni religiose internazionali dovranno sottostare alle leggi in materia di diritti civili nei paesi dove esse sono attive. Nel contempo va eliminata ogni forma di privilegio nei loro confronti, sia a livello di Unione Europea, che di ONU. Nello specifico il Vaticano non può continuare a beneficiare, nei contesti citati, dello statuto di “Stato” ma essere considerato una ONG con potere consultivo;
  • le differenti Chiese e religioni dovranno costituirsi in Associazioni Culturali e democratizzare il loro funzionamento attraverso elezioni democratiche dei loro membri. Il funzionamento di queste strutture religiose deve rispettare i diritti fondamentali delle e dei cittadini. Conseguentemente le strutture religiose non potranno negare l’accesso ai livelli direttivi a nessuna categoria della popolazione e non potranno diffondere ideologie sessiste, omofobe e razziste.

Su questa comune base politica si propone una grande “campagna per la laicità in Europa” declinata in quattro tappe: 1.ampliamento del gruppo di lavoro sulla laicità. Il gruppo dovrà studiare le differenti osservazioni e i differenti emendamenti e farne una sintesi condivisa*; 2.promozione di una campagna di informazione sulle nostre “proposte femministe per un’Europa laica” nei differenti paesi e a livello sociale, politico, istituzionale; 3.organizzazione di un incontro a favore della laicità a Bruxelles nel 2009 nella prospettiva delle elezioni europee; 4.l’inserimento delle nostre proposte nei programmi elettorali

ife@efi-europa.org Maggio, giugno 2008


Forum

Home page | Contatti | Mappa del sito | | Statistiche delle visite | visite: 229968

Monitorare l'attività del sito it  Monitorare l'attività del sito A PICCOLI PASSI   ?

Sito realizzato con SPIP 2.1.1 + AHUNTSIC

POLITICA DEI COOKIES

Immagini utilizzate nel sito, quando non autonomamente prodotte:

Artiste contemporanee :
Rosetta Acerbi "Amiche" per la rubrica "amiche di penna compagne di strada" dal suo sito
Renata Ferrari "Pensando da bimba" sito "www.artesimia5.it" per la rubrica "speranze e desideri"
Giovanna Garzoni "Fiori" per la Rubrica "L'Europa che vorremmo" sul sito artsblog
Tutti i diritti su tali immagini sono delle autrici sopra citate

Pittrici del passato:
Artemisia Gentileschi "La Musa della Storia" per la rubrica "A piccoli passi" da artinthepicture.com
Berthe Morisot "La culla" per la rubrica "Eccoci" sito reproarte.com
Mary Cassat "Donna in lettura in giardino" per la rubrica "Materiali di approfondimento" "Sito Salone degli artisti"

Creative Commons License